Les arnaques en voyage : comment les repérer et les éviter

Les arnaques en voyage : comment les reconnaître et les éviter ?

Vous êtes en voyage, ouvert aux autres, avide d’échange, de rencontre et d’amitié. Hélas, l’arnaque fait partie du programme !

Le but n’est pas de vous transformer en paranoïaque, au contraire.
Mieux informé des arnaques possibles, vous serez plus serein et ferez plus facilement
le tri de ce ceux qui vous veulent du bien et ceux qui veulent vous plumer.
Sachez pourtant que les plus aguerris se font avoir. Même en faisant attention, il arrive que l’on tombe dans les filets d’un roublard. L’entourloupe est leur fonds de commerce, ils savent s’y prendre et nous y prendre, c’est comme ça. Ne vous jetez pas la pierre, les magouilles sont parfois si bien montées qu’il est très difficile d’avoir des soupçons.

Quelques règles de base peuvent vous aider à éviter l’arnaque en voyage

  • Ne partez pas avec l’idée de faire un coup fumant qui vous quadruplera une mise de départ modeste : import de de bijoux, d’objet d’art, d’antiquité, artisanat précieux acheté à 5€ et revendu en Europe à 200€, etc. C’est du toc !
  • Ne prenez pas trop à cœur la veuve et l’orphelin, la compassion, l’empathie sont des leviers très efficaces pour vous faire ouvrir votre bourse. Construire un puits, une école, aider un orphelinat, ça peut-être une arnaque et pas une petite.
  • Soyez méfiant, sans crainte de passer pour un avare, lorsqu’il s’agit d’argent. Oubliez la politesse et la diplomatie et recomptez, demandez des informations, faites-vous réexpliquer les conditions avant de tendre un billet. Vous verrez que l‘arnaqueur va devenir moins patient, moins souriant, moins gentil tout à coup…
  •  Devenir super ami au premier regard ? Mouai. Soyez un peu plus exigeant que ça avant de faire confiance à quelqu’un. Les pigeons sont surtout ceux qui disent oui tout de suite.
  • Soyez vigilant dès que l’offre, quelle qu’elle soit, est trop belle pour être vraie. Les filous savent qu’on n’attire pas les mouches avec du vinaigre. Ils vous feront miroiter monts et merveilles pour appâter le naïf.
  • Ne réagissez pas au quart de tour lorsqu’on vous annonce une mauvaise nouvelle (hôtel disparu, site touristique fermé). C’est en vous mettant la pression, vous faisant perdre toute logique, que les voleurs vous prennent dans leurs filets.

Certains fonctionnent à l’autorité et n’hésitent pas à avoir le verbe fort

pour assommer le pigeon

On peut s’étonner du nombre d’arnaques qui fonctionnent à l’autorité. J’ai vu des voyageurs claquer 100$ dans des souks pour des choses qu’ils ne voulaient rien acheter. Ils se sont sentis obligés, dominés. Effrayés par les conséquences d’un refus, ils ont ouvert leur bourse. C’est une arnaque, le but étant de vous soutirer le plus possible d’argent en vous manipulant.

Need some help, besoin d’aide ? Attention ce n’est pas toujours gratuit !
Plus décevant encore, on vous aborde parce que vous avez l’air perdu et on vous accompagne gentiment… puis on vous demande de l’argent pour vous avoir guidé. L’aide n’est pas toujours aussi désintéressée (mais pas systématiquement) qu’elle en a l’air. Dans de nombreux cas, ces personnes providentielles ne sont pas là par hasard. Elles font le guet et attendent de repérer des étrangers égarés : grands carrefours, bouche de métro, dédale de ruelles… Puisqu’ils vous ont tiré de cette mauvaise passe, il leur paraîtra légitime de vous soutirer quelques pièces. Difficile par la suite de les empêcher de vous coller au train jusqu’à ce que vous ouvriez votre porte-monnaie.

Que faire dans ces cas-là ?
Avant d’accepter de l’aide, mettez les choses au clair : si elle doit aboutir à une rétribution, déclinez-là (je ne te donnerai pas d’argent, no money!). C’est parfois un peu abrupt mais ça a le mérite d’éviter tout malentendu. Il y a fort à parier qu’une fois l’annonce faite, on vous laisse en plan. Si vous souhaitez utiliser les services de cette personne pour vous guider, pourquoi pas ? Mais fixez le prix au départ, négociez ! Vous vous quitterez amicalement et tout le monde sera content. Vous, car vous aurez beaucoup appris de cette balade, et votre « guide » qui aura gagné sa journée.

Passez à la caisse sans aller dans le magasin : on vous invite à la maison
C’est une des arnaques les plus décevantes : on vous hèle dans la rue, on vous sourie avec chaleur. Vous êtes magnifique, vous êtes un frère, une sœur ! On vous entraîne dans la maison pour boire un thé familial et crac, tôt ou tard, un étalage de babioles apparaîtra devant vous. Coupable d’avoir bu et s’être assis, le voyageur se sent alors goujat de refuser d’acheter quelque chose. Parfois, c’est juste le thé qui sera facturé… au prix du champagne. Idem pour la photo : on vient poser à côté de vous, sourire, pouce en l’air : c’est dans la boîte. Et maintenant : donne l’argent pour la photo !

Photo payante ou photo gratuite ?

Le débat divise les voyageurs. Certains trouvent normal de payer pour une photo, d’autres non. La question à peu de chance d’être tranchée mais on peut considérer certains aspects de ce commerce. Tout est question de qualité. Se précipiter sur les locaux pour les prendre en photo sans même engager la conversation ou demander la permission, c’est très impoli et frustrant pour eux. Tout est question de quantité. Une photo, prise avec discrétion, en prenant le temps de faire un beau cliché c’est tout de même plus sympa que de mitrailler en rafale comme un morfale. Ce qui est scandaleux dans ce type d’attitude, c’est l’objetisation des personnes. Un peu de respect, vous n’êtes pas au zoo.
Je ne suis pas pour la photo payante. Je ne fais pas payer les chinois, birmans, égyptiens qui me mitraille à tour de bras.
Attention à ne pas tomber dans les pièges, tous ne sont pas dans le besoin, c’est aussi de l’argent facile. Je pense que la philosophie de la photo payante n’est pas bonne. S’il faut payer pour tout, il n’existe alors plus de rapports sincères et normaux entre les hommes et les femmes de ce monde.

Arnaques autour des distributeurs de billets et des bureaux de change

  

Si on vous aborde alors que vous êtes en train de retirer de l’argent au distributeur, faites sonner l’alarme !

Caméra cachée pour filmer le code que vous êtes en train de taper, subtilisation de la carte et parfois menace pour récupérer les billets… Ne répondez pas et ne vous laissez pas distraire. Attention, ces malfrats opèrent parfois en duo, le second lascar se postant juste derrière vous en se faisant passer pour un client. Cachez votre main lorsque vous tapez votre code et rangez rapidement la carte de crédit.
Ne retirez de l’argent que dans des endroits sécurisés comme une banque, de jour et si possible dans un quartier calme. Soyez discret lorsque vous mettez les billets dans votre porte-monnaie afin de ne pas montrer qu’il s’agit d’une grosse somme.

Attention à tous ceux qui, trop sympas, vous proposent de passer par une autre banque pour éviter les frais de retrait

Ils sont parfois si souriants, cools et détendus que le voyageur baisse sa garde. Moralité, ce gentil monsieur va vous emmener quelque-part où la carte de crédit, l’argent retiré ou encore votre sac, veste et chaussures vont disparaître, au choix.

Les arnaques au change sont une des entourloupes les plus fréquentes du monde

On vous le crie déjà dans la rue, faites changer vos euros ou vos dollars ici, c’est bien moins cher que dans une banque ! Ben voyons… Ils vont même vous faire du charme, inviter à boire le thé, papoter culture et nature, c’est sûr ils ne veulent que vous rendre service ces braves gens !

Pour ne pas vous faire plumer, vous devez déjà avoir une idée du taux auquel vous voulez changer vos devises

Après ça, tous les savants calculs du monde ne vous embrouilleront pas la tête. Un discours confus je multiplie, divise, additionne et retranche doit vous mettre en alerte, il a pour but de vous mettre le doute. Attention à la calculette qui atteste la bonne foi, ne vous laissez pas impressionner, ce n’est pas une caisse de supermarché. Si le résultat est trop bas, déguerpissez et cherchez plus loin, ce ne sont pas les bureaux de change qui manquent en ce bas monde !

Vous devez impérativement vérifier les billets, les escrocs ont des talents, celui de prestidigitateur en fait partie

Abracadabra, ils vous composent la liasse en accéléré mais une fois le bonhomme parti, on se rend compte qu’il manque des billets. Non seulement vous devez vérifier que le compte y est mais en plus, traquez les faux billets qui se sont peut-être glissés dans le tas. Attention à ces faux billets introduits dans une liasse de vrais, j’ai vu des voyageurs se faire avoir au change dans la banque officielle de l’aéroport, préjudice : 250€.

Attention aussi à ne pas changer ou retirer trop d’argent à la fois

Vous risquez d’attirer l’attention et d’aiguiser l’appétit des voyous. Il est rarement une bonne idée d’avoir de fortes sommes sur soi en voyage. Et c’est encore plus vrai lorsqu’on voyage seul. Retirez au fur et à mesure, certes les frais de retrait peuvent s’ajouter mais il faut parfois choisir : se promener avec la peur au ventre en permanence ou dix euros de moins sur le budget.

Mention spéciale pour les femmes seules au coeur tendre 

 

  • Cette façon de faire est récurrente dans bien des pays où la femme est une petite chose fragile et infantile tout au long de sa vie.
    Dégagez avec fermeté le type qui vous prend par la main et vous entraîne dans sa boutique ou ailleurs. Attention à ceux qui vous poussent, vous attrapent le bras, vous font faire des détours en barrant le passage. Passez en mode défense, mettez la distance d’un bras tendu entre vous et dites-le clair et fort : vous êtes trop près de moi ! 

  • Evitez toute condescendance ou timidité, c’est là-dessus que repose le stratagème. Ne vous laissez pas avoir par leur sourire et leur gaieté, ils savent très bien ce qu’ils font. Ils jouent la carte de l’échange culturel, des foulards tissés par les femmes de son village etc. Ils connaissent les rouages du « mode voyageur » : le désir d’échange culturel, de rencontre et parfois, jouent sur cette culpabilité d’être né privilégié. Vous êtes en voyage, vous n’êtes pas obligée de devenir l’amie de tout le monde, le sauveur des peuples opprimés, surtout si cela repose sur de l’argent.

Les autres arnaques en voyage les plus courantes

 

Les arnaques policières ou fonctionnaires

C’est triste mais c’est la réalité : dans nombre de pays, fonctionnaires et policier sont corrompus jusqu’à la moelle. Ils vous voient venir au volant de la voiture de location ou au guidon du scooter. Ils vont trouver n’importe quoi pour vous alléger de quelques billets. Les contrôles de sécurité où le voyageur est sommé de vider ses poches sont des vols courants : le policier rend parfois la somme ponctionnée d’un petit pourcentage.
A la frontière, on vous demande de payer pour un timbre, un tampon quelconque ou on vous explique carrément qu’il vous faut quelqu’un pour remplir le formulaire qui est en thaï ou en arabe et qu’il faut payer pour le service… Bien sûr, c’est faux !

Les faux policiers qui vous dépouillent complètement

En cas de contrôle, demandez toujours à voir les cartes professionnelles, ne vous contentez pas du badge, trop facile à imiter. Si on vous demande votre passeport, bien le plus précieux du voyageur, refusez de le donner, dites qu’il est à l’hôtel.
Prenez les cartes de police et appelez (ou faites mine d’appeler) le commissariat ou l’ambassade. Si ce sont de faux policiers, il y a des chances qu’ils déguerpissent.

Les cadeaux payants

On vous glisse un bracelet au poignet, c’est cadeau ! Ce peut être une babiole, un grigri, une fleur… Maintenant que vous l’avez dans les mains, l’arnaqueur ne veut plus le reprendre et demande, tout sourire de l’argent retour. Donc, ne vous laissez pas approcher comme un bleu, refusez les objets tendus et dites vous que ce qui est trop beau pour être vrai cache souvent une entourloupe.

Les accidents qui vous font tomber dans le panneau

Un jet de sauce sur votre sac ou vos vêtements, un coup douloureux, un croche-pied qui vous fait trébucher et voilà superman qui vole à votre secours pour vous aider à vous relever ou à vous nettoyer. Attention, il va ou ils vont, avec ses complices, vous délester de vos biens ou partir en courant avec votre sac. Le but de la manœuvre est d’attirer votre attention sur l’accident pour pouvoir vous détrousser. La technique est aussi employée lorsque vous êtes en voiture. On vous arrête au feu rouge pour vous signaler que votre pneu est à plat ou quelque chose vient salir votre pare-brise. Certains vont même vous rentrer dedans pour vous faire sortir du véhicule. Un tiers complice s’emparera alors de ce qu’il y a dans l’habitacle.
Ne vous séparez jamais de vos affaires, gardez bien votre sac en main et rentrez dans le premier café venu pur vous nettoyer. En voiture, ne descendez pas du véhicule sans tout fermer à clé en cas d’accident, dans les autres cas, ne vous arrêtez pas, roulez jusqu’à un endroit sûr pour vérifier.

A votre bon cœur (pigeon) voyageur !

 

Voilà le chapitre le plus compliqué : les arna-cœurs

Votre empathie, votre bonne éducation et surtout l’idée que vous êtes privilégié par rapport à ces pauvres gens va vous faire tomber dans tous les pièges. Ce n’est qu’après une certaine pratique du voyage que l’on comprend mieux les mécaniques de l’arnaque. Une toute petite fille serrant dans ses bras un nouveau-né, un petit garçon quémandant de quoi acheter le livre, l’uniforme, le cahier qui lui permettra d’aller à l’école, les enfants faisant leurs devoirs sur les trottoirs… Tout cela repose à 99% sur du mensonge, même les habits sont des costumes. Le but étant de récupérer de l’argent qui souvent va vers des mafias très bien organisées.
Il suffit parfois d’avoir une conversation avec une famille locale « normale » pour le comprendre. Ces locaux exècrent ces mendiants-là et fustigent ces systèmes criminels qui privent les enfants de tout avenir et les exploitent comme des esclaves. 

Attention donc à freiner ces élans d’amour et de charité envers son prochain. Il est possible que cette dame gagne plus que vous en faisant la manche ou que cette famille Rom si touchante de misère possède un palais en Roumanie. Vous allez acheter des habits au petit garçon vêtu de loques, bien découpées au cutter. Vous le verrez le lendemain avec les mêmes hardes, des habits neufs, ça ne rapporte pas assez.

A lire aussi...

Suivez, partagez et donnez votre avis !
error

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous aimez cet article ? Partagez-le ou réagissez !