Autriche

L'Autriche c'est le pays de Sissi, de Mozart et de l'Apfelstrudel. Mais ce n'est pas tout !

Les gens de ma génération ont fantasmé l’Autriche à travers la divine Romy Schneider incarnant Sissi Impératrice : des bals à crinoline au rythme des valses de Strauss, des palais viennois cossus, une forêt tyrolienne et tout et tout. Pourquoi pas, mais l’Autriche c’est bien plus que ça. L’Autriche c’est un pays magnifique planté de forêts, dominé de montagnes et parsemé de villes au patrimoine architectural époustouflant.
L’Autriche c’est aussi une bonne gastronomie, des autrichiens affables et de fabuleux musées où s’exposent les plus grands artistes.

Grüss Gott, Servas Österreich ! Ich bin Christinéééé, ich bin Französin, schön dich kennenzulernen ! Bonjour Autriche !

L’Autrice c’est le vin, la bière, la fête

 

En Autriche, la fête c’est du sérieux. La musique folklorique est vivante et joyeuse et le rythme est endiablé. Accordéon, cornemuse, violon ou cors, elle est aussi composée de guitare électrique et de double grosse caisse. Elle se danse à grands coups de semelles claquées sur le sol, de mains tapées sur les cuisses et de pintes de bière frappées sur la table. Oui, c’est cliché mais bon sang quelle ambiance ! Quelle allégresse ! Une soirée folklorique ne laisse personne de marbre, même les amateurs de techno.

Les fêtes autrichiennes suivent à peu près toujours le même modèle : un orchestre en  Lederhose (culotte de peau) et Dirndl (robe lacée à joli décolleté) qui chante et danse sur la scène. Devant eux, un parterre de tables encombrées par des fêtards qui boivent, mangent, se balancent et chantent en brandissant haut leur bière. A l’arrière, des énormes grils garnis de saucisses, des montagnes de Bratkartoffeln, de Bretzel et des marmites fumantes de Goulasch ou de Rostbraten attendent les estomacs vides.
Et c’est parti jusqu’au bout de la nuit !
On retrouvera ce type de fête avec quelques variantes gastronomiques en Allemagne et en Suisse.

Le patrimoine architectural autrichien vaut le détour

 
l’architecture baroque, classique ou art nouveau surprend le voyageur à chaque coin de rue. De lourdes coupoles ornées d’or, des volutes folles, des anges guerriers, des drapeaux glorieux, des fontaines à tritons : il ne manque rien.
Dans chaque ville on trouvera des influences différentes. Elles sont repérables de loin en regardant les toits :  pointus, rectangles, à cascade en forme d’oignon ou de religieuse au chocolat. Ces toits sont des merveilles de détail et de finesse.
Hors des grandes villes, le style traditionnel « chalet-de-rondins-de-bois-balcon-fleuri-de-géraniums » domine.

 

Des musées passionnants : histoire, art, musique et psychanalyse

 

Les musées autrichiens sont riches d’histoire. Mozart, Freud, Klimt ou Schiele sont des célébrités autrichiennes qui valent largement qu’on leur rende visite. Musées et galeries sont magnifiques, modernes et très bien organisés. Les voyageurs curieux en auront pour leur culture générale.
Il est serait dommage de visiter Vienne sans prendre au moins une demi-journée pour admirer les oeuvres extraordinaires des artistes de la Sécession viennoise (Wiener Secession ou encore Sezessionsstil). Klimt, Schiele, Kokoska, pour les plus célèbres mais aussi l’art nouveau, les intellectuels, les oeuvres des poètes sont de vrais trésors à découvrir.

 

YodlyodlyodYodlyodlyollllllyoyoyoyoyoyoooooolololilililiiiiiiiii

Le yodl ce n’est pas que des choeurs à chapeaux et robes folkloriques. Le yodel c’est un chant très difficile à maîtriser qui demande de l’entraînement et du souffle. C’est un art !
Il y a fort longtemps avant qu’il ne devienne partie intégrante du folklore tyrolien, le yodel était pratiqué par les bergers pour appeler les troupeaux. Il est présent aujourd’hui sur la scène musicale avec toujours autant de passion dans le rock et la techno !

Le yodel de la jungle

Les veinards nés dans les années 60 l’ont entendu et repris en coeur sans savoir qu’ils faisaient du yodel. Johnny Weissmüller, l’acteur américain qui incarnat Tarzan dans les années 30, yodelait formidablement bien en se balançant de liane en liane. Ses parents avaient des d’origines allemandes et hongroises. Ils ont sans doute bercé le petit Johann Peter avec des yoyoyoooooolololililili devenus le fameux cri du fils de la jungle dans les cours de récré pendant des décennies.

La gastronomie autrichienne

La cuisine ici bas est savoureuse et les spécialités autrichiennes ont franchi les frontières depuis des siècles. Les wienerschnitzel, la fameuse escalope panée est l’un des plats les plus connus. Le café ou chocolat viennois aussi. Ne passez pas à côté d’un bon Goulasch, une daube de boeuf à la sauce rouge de paprika doux accompagnée de knödel, ces grosses boules de quenelles. A ce propos, quenelle-knödel, c’est drôlement similaire non ? 
Les knödel sont une spécialité à part entière. Sucrées ou salées elles se déclinent sous bien des formes. Elles peuvent être réalisées à partir de pomme de terre (Erdapfelknödel), de fromage blanc (Topfenknödel), de pâte à pain (Germknödel), de semoule (Griesknödel).
La pâtisserie autrichienne est célèbre et elle le vaut bien. 
L’emblématique Apfelstrudel est un délice. A base de pâte à strudel (farine-eau-huile) que l’on étale si finement que l’on doit pouvoir voir à travers, on y met des pommes cuites, une chapelure de pain revenue dans du beurre et du sucre, des raisins secs. On roule le tout et il passe 20 mn au four. Le strudel se déguste alors avec une sauce à la vanille sans oublier une cuillère de crème fouettée (Schlagobers).
Kaiserschmarrn, Sachertorte, Linzertorte ou Kouglof sont à découvrir impérativement dans un salon de thé à l’ambiance surannée avec un café… viennois.

On parle quelle langue en Autriche ?

 

En Autriche on parle allemand… ou presque. L’accent et certains mots sont bien différents. 
Bonjour, c’est Grüss Gott qui se traduit par « dis bonjour à Dieu ». Si voulez les faire rire, répondez avec humour par « wenn ich ihn sehe« , « je n’y manquerai pas quand je le verrai« , ha ha.
Au revoir c’est Baba ou wiedershaun. En Autriche on dit Marille (marilieuuu) plutôt que Aprikot (abricot) et Erdapfel pour pomme de terre et pas Kartoffel.
Un restaurant typique est un beisl, un hotel typique une Pension, une bière une Gösser.
« Ca m’est égal » se dit en allemand « es ist mir Wurst » (littéralement « ça m’est saucisse »). En autrichien, ça se transforme en isshh ou isssss moa voucht ou voucht tout court mais ça reste dans la charcuterie
La langue autrichienne pour un allemand, c’est un peu comme du québécois pour un français. Faites-leur plaisir, forcez sur l’accent, mettez-y du coeur et oubliez le Hoch Deutsch des cours d’allemand ! 

L’Autriche est un pays d’aventure et de nature

 

L’art, la musique et les gâteaux c’est merveilleux mais place à la nature et à l’aventure. 
En Autriche il y a des montagnes hautes et escarpées (jusqu’à 3800m tout de même) pour les grimpeurs chevronnés ou amateurs. Des stations de ski aux domaines skiables gigantesques, des lacs romantiques, des forêts de Bohême pleines de sentiers qui n’attendent que les voyageurs randonneurs férus de nature.

Visiter l’Autriche, c’est aussi rencontrer les autrichiens et autrichiennes

 

Les habitants de ce pays sont très avenants et étonnamment joviaux. Le contact est facile, chaleureux. Il est parfois un peu difficile de communiquer avec eux car dans les campagnes, l’anglais n’est pas toujours parlé. Réviser son allemand avant et pendant le voyage sera donc très utile.

Baba Österreich, Vielen Dank, Wiederschaun ! 

Autriche

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank

Et si on visitait l'Allemagne ?

L’Allemagne possède tous les atouts pour attirer les voyageurs : de belles villes riches d’histoire et d’architecture, une gastronomie intéressante, des montagnes et de merveilleux paysages…