Armenie

L’Arménie est un puits de science et d’histoire. Gâtée par la culture, elle l’est aussi par la nature avec de superbes lacs, plaines et montagnes à découvrir

 

A quoi, à qui pensez-vous lorsque le nom Arménie est lâché ? Au génocide ? A Aznavour, à Manoukian ? Quel dommage ! Ce pays a des racines profondes, une histoire et des églises millénaires. Il est grand temps de rendre à l’Arménie ses lettres de noblesse et de la découvrir dans toute sa splendeur lors d’un voyage hors des sentiers battus.

Բարև, իմ անունը Քրիստինա է, ես ֆրանսիացի եմ, հաճելի է հանդիպել ձեզ. Bonjour Arménie !

Barev, im anuny K’ristina e, yes fransiats’i yem, hacheli e handipel dzez

Les arméniens ont été de grands voyageurs avant de devenir des réfugiés. Ils ont parcouru le monde et ont su s’épanouir sur d’autres continents

 

L’Arménie n’est pas le seul pays à avoir souffert dans l’histoire, c’est (hélas) vrai. On aurait tort de penser que célélbrité de l’Arménie est seulement dû à la tragédie du génocide. La reconnaissance des massacres et la connaissance de l’histoire sont importantes mais l’Arménie n’est pas un pays triste rempli de cadavres. Ici on chante et on danse, on mange, on boit du bon vin et on fait la fête.

Alors comme ça l’Arménie, en dehors du grand Charles, n’a aucune sommité ?

 

L’Arménie ce n’est pas le plat pays. L’atlas de géographie est très clair sur ce point, 76% du pays se situe entre 1 000 et 2 500 m. Non mais !
L’Arménie, ça monte et ça descend, les paysages sont magnifiques et les montagnes majestueuses. Le petit frère d’Ararat, le mont Aragatz culmine à 4095m d’altitude. Ne ratez pas la photo, il est aussi beau que le Mont Blanc.
Cette terre est un paradis pour voyageurs chaussés de godillots et aventuriers de tout crin avec ou sans tente.

Visiter l’Arménie c’est avoir la chance de découvrir un pays riche de nature et de verdure

 

En Arménie il existe des sentiers dédiés à la faune et à la flore. Ces sentiers sont connus des botanistes, photographes et ornithologues depuis des années. C’est une des plus belles façons de découvrir l’Arménie car ces sentier des oiseaux et sentiers des fleurs traversent de très beaux paysages.

Le lac Sevan se distingue pour être un des plus grands lac d’altitude du monde. Le lac, aussi beau soit-il n’attire pas les foules avides de tourisme balnéaire. Le lac se situe à presque 2000 m, ce n’est pas précisément une destination pour les habitués de la Côte d’Azur car il y fait très frais, et c’est tant mieux. Il est surtout connu pour sa beauté légendaire, entouré de montagne et de forêts et pour son calme.

L’Histoire d’Arménie s’écrit avec une majuscule

 

L’Arménie n’est pas née d’hier. Elle est héritière et gardienne d’une histoire millénaire. Elle fut renommée pendant des siècles pour abriter science et culture dans ses monastères. L’Arménie est un des pays les plus anciens du monde, il se distingue aussi pour avoir été le premier à se reconnaître chrétien en l’an 301. Pour le bonheur des voyageurs érudits, les guerres et invasions à répétition n’ont pas détruit la culture. Elle subsiste dans les fabuleuses églises, les temples, les pierres gravées et bien sûr dans le coeur des arméniens.

En Arménie, les églises sont à la fois modestes et puissantes, même les agnostiques seront touchés par la beauté des lieux

 

Le pays n’est pas touristique et c’est parfois à se demander ce qu’il se passe dans la tête des voyageurs. Peut-être est-ce dû à sa renommée chrétienne qui induit l’idée qu’il n’y a que des églises à voir là-bas ? Quoi qu’il en soit, question église, l’Arménie se pose là. Les édifices religieux ne sont pas d’une taille prétentieuse et grandiloquente. Au contraire. C’est peut-être pour ça que l’intensité y est si forte.
Un des plus beau chant qu’il m’ait été donné d’entendre dans une église est à Etchmiadzin, à 20 km d’Erevan. La taille de l’église n’a rien d’impressionnant mais l’acoustique y est absolument parfaite. On peut s’asseoir sur les bancs, à l’extérieur et entendre la musique comme si on se trouvait à coté des choeurs. Les voix sont d’une clarté et d’une profondeur sans pareilles, un vrai moment de grâce. Il n’est nul besoin d’être religieux pour goûter à la beauté de ces moments-là, avec en bonus, une église magnifique.
Le prix de beauté se dispute entre Geghard et Kor Virap. En plus d’une très belle architecture, le chemin pour s’y rendre est une belle aventure à travers la campagne et la montagne.    

En Arménie, le passé se raconte aussi. C’est peut-être le bon endroit pour remettre à l’heure les pendules de l’histoire

 

Il n’est pas incontournable d’aller en Arménie pour savoir qu’il s’est perpétré ici un terrible génocide. C’est au programme scolaire français. Mais entre apprendre et comprendre, il y a parfois un sacré décalage. A Erevan, on peut se rendre à Tsitsernakaberd où se dresse le mémorial. Il est possible de le visiter seul ou avec un guide et c’est gratuit. C’est une très bonne chose car l’histoire est bien plus complexe que ce qui est raconté dans un livre d’histoire-géo. Après cela, libre au voyageur de se faire sa propre opinion puisque aujourd’hui encore, ce pan de l’histoire est contesté, parfois par les dirigeants des plus puissants pays du monde…

Si le voyageur n’a aucun intérêt pour la nature, la montagne ou la culture, ce n’est pas grave. En Arménie, il y a plein d’Arméniens à qui rendre visite

 

Les arméniens accueillent les visiteurs avec chaleur. La fréquentation touristique n’est pas le moteur économique du pays, c’est certain et c’est aussi tant mieux. Cette fréquentation timide est favorable aux échanges d’une sincérité touchante. La gentillesse et la bienveillance dominent. 

Les arméniens ne sont pas des clowns : il faut un peu de temps pour créer un contact chaleureux

 

Peuple opprimé s’il en faut, les arméniens n’ont pas coutume d’exprimer leur joie ou de sourire au premier regard. La situation économique à deux vitesses n’arrange rien : les arméniens sont divisés en deux catégories : les très riches et les très pauvres. Beaucoup d’entre eux luttent durement pour sortir de la pauvreté. 
Voyageurs, soyez sûr que derrière les visages fermés se trouvent du partage et de l’intérêt. Il suffit parfois d’un sourire pour briser la glace. Les arméniens en relation plus ou moins directe avec le tourisme mettront quant à eux, une belle énergie à faire en sorte que tout se passe bien pour leurs visiteurs. 
Le meilleur se trouvera avec ceux que vous rencontrerez au hasard du chemin, souvent loin de la ville. Un chauffeur super âgé qui marche à 2 à l’heure mais qui conduit une Lada antique comme Prost (qui est d’origine arménienne aussi), une famille en promenade, des étudiants en goguette ou des folles fanfares à suivre dans les rues d’Erevan, le jour de la fête nationale de l’Arménie.

Շնորհակալ եմ, հրաժեշտ, շուտով կտեսնվենք:

Shnorhakal yem, hrazhesht, shutov ktesnvenk

Armenie

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank

Et si on visitait la Géorgie ?

Il faut s’y faire, la Géorgie est le berceau du vin. Mais en plus, ils ont plus de 100 fromages et trésors culturels !