Guatemala

Le Guatemala est d’une richesse extraordinaire : des jungles où se cachent des cascades paradisiaques, des lacs purs et l’histoire maya en son et lumière

 

Finalement, quand on en fait le portrait, le Guatemala, c’est le pays d’Indiana Jones. Tout ce qu’un voyage peut offrir de plus beau se trouve ici. Des volcans à gravir en pleine nuit pour voir le soleil se lever sur le lac, partir en quête de cascades perdues dans la jungle, rencontrer le peuple guatémaltèque. Pour couronner le tout, on y boit un rhum divin, le Zapaca centenario. 

Ma’alob k’iin, In k’aaba’e Christine, wa alike chik’in, kiimak ool ats ik ! Bonjour Guatémala !

 

Le Guatemala est un pays touristique, c’est même le moteur économique du pays. Pourtant, si Tikal est un incontournable, il est recommandé de sortir des sentiers battus. Ce n’est pas facile car les transports sont aléatoires mais la récompense est de taille. 

Au top des attractions les plus courues du Guatemala, le lac Atitlán

Cité dans la liste des lacs les plus beaux du monde, Lago Atitlán n’a pas pris la grosse tête. Bien sûr les rues ont vu fleurir des boutiques à souvenir et le marché de Solola se frotte les mains : les merveilleuses étoffes faites-main trouvent des acquéreurs mais le marché reste assez typique. Le lac Atitlán ne perd pas de sa magie malgré les hordes de touristes qui se font promener en bateaux et les voyageurs, de plus en plus nombreux sur les sentiers des volcans. L’ascension de nuit pour admirer l’aube sur le lac est dans tous les guides touristiques. Il sera difficile d’apprécier le silence dont on aimerait profiter pour le spectacle, mais que faire. C’est beau, alors ça attire du monde.
Qu’importe, le lac est grand, d’un coup de kayak, il ne sera pas difficile de trouver un endroit tranquille pour s’adonner à la contemplation des lieux. Pour ça, les plus farouches nomades ne viendront pas se plaindre, le lac Atitlán est un endroit facile à accoster mais difficile à quitter. Le temps se ralentit, les villages sont jolis et les guatémaltèques accueillants.

A égalité, entre aventure et baignade : Cemuc Champey et Lanquin

Des endroits comme Cemuc Champey sont nombreux dans le monde mais tout de même celui-là mérite une palme. Il ne faut pas moins de 3 heures de marche dans la jungle, pour pouvoir admirer les chutes en cascades turquoise d’en haut et encore deux bonnes heures pour avoir le plaisir de s’y plonger.  Cemuc Champey est un endroit magnifique à tout point de vue. Il vaut mieux ne pas l’explorer en étant pressé car ce qui est plus beau encore, c’est de revenir le soir dans une cabane en plein milieu de la forêt et de se réveiller au chant des singes et des oiseaux.
L’itinéraire typique inclus la descente du Rio Cahabon sur des chambres à air de camion (le tubing). Pourquoi pas, ce n’est pas désagréable. Mais ce n’est pas ce que le Guatémala va vous offrir de plus renversant. Attention à la suite…

Juste après les cascades et la rivière, encore de l’eau, mais dans le noir cette fois. C’est l’incroyable visite des grottes de K’anba à la lumière d’une bougie

Les grottes de K’anba sont un souvenir vraiment à part. Les photos sont rares alors il faut faire preuve d’imagination. Ces grottes sont traversées par une rivière et le but de la balade est de les traverser en nageant ou en marchant de l’eau jusqu’à la taille en moyenne… une bougie à la main. Expliqué comme ça, effectivement, ça n’a rien d’excitant, pourtant c’est extraordinaire. Se frayer son chemin de boyaux en passages abrupts, en maillot de bains à la lumière vacillante des flammes est une expérience magnifique. L’eau n’est pas froide et la lumière douce et vivante rend l’ambiance à la fois surréaliste et magique. Et puis, on se sent un peu comme une déesse portant la vie dans les ténèbres d’Hadès.
Juste à côté se trouvent encore d’autres grottes, pleines de chauves-souris très mignonnes c’est mignon, mais si vous en avez déjà vu…

Top de la culture et de l’émotion : Tikal ! De la jungle, des singes hurleurs et des ruines hantées par l’esprit maya

 
 

Tikal est un lieu aussi important qu’Angkor Vat au Cambodge ou Karnak en Egypte

Comme pour les sites anciens en général, il est bon de se préparer un peu à la visite pour comprendre l’histoire. Comme Angkor Vat, il n’est pas nécessaire d’être fou d’archéologie pour y aller. Le site de Tikal est d’une beauté profonde. Le Guatemala en a bien compris la mécanique. Pour être touché par la grâce de la pierre, la visite se fait en général de nuit pour pouvoir être aux premières loges et regarder le soleil se lever sur les pyramides. La jungle se réveille tranquillement, au chant des singes hurleurs et de la forêt qui s’étire et respire… Un moment qui reste en mémoire.

Le Guatemala réserve encore bien des surprises, et pas des mauvaises

Laguna Lanchua est un lac perdu au milieu de la jungle. Pour le coup, aucun touriste en vue ! Le site n’est pas très facile d’accès et seuls les aventuriers au tempérament bien trempé passeront une bonne nuit au milieu des scorpions et des araignées dans une baraque de bois sans électricité.

Antigua est une ville du Guatemala au charme incomparable

Ni trop grande ni trop développée, elle n’est pas saturée de touristes. C’est là que les fêtes y sont les plus belles avec un verre de rhum et des guatémaltèques joviaux. La ville est comme beaucoup d’endroits au Guatemala, encore préservée. Les ruines se visitent, c’est sûr mais on se sens facilement seul au milieu des pierres recouvertes de mousses et il est beau de s’asseoir un peu au milieu des blocs disjoints et profiter du spectacle.

Máatan, Ka’a xi’itech Guatemala !

Guatemala

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank

Et si on visitait Bélize ?

Bélize possède la deuxième plus grande barrière de corail du monde, rien que ça. A Bélize on peut voir à moins d’un mètre des lamantins et des requins. Le pays est nanti d’une jungle riche où les fourmis sont dorées à l’or fin et de ruines mayas cachées au coeur des forêts…