Même pas peur !

Non, non et non, ce n’est pas dangereux de voyager seul ! Le monde n’est pas truffé d’ennemis prêts à vous faire la peau ou le portefeuille à chaque coin de rue !

 

L’argument majeur qui dissuade tout un chacun de partir en voyage, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas l’argent. C’est la sacro-sainte sécurité.

 

J’entends surtout « mais c’est dangereux de voyager seule !« . Même si votre récit ne raconte que des merveilles, il se trouvera toujours quelqu’un pour vous poser cette question « c’était dangereux là-bas ?« .
J’ai réalisé plus tard que beaucoup de personnes renoncent à voyager à cause des dangers présumés. Ou alors ils s’obligent à voyager dans des hôtels très sécurisés et chers par crainte de vol, harcèlement, tourista ou attaque terroriste.

Beaucoup voient le monde grouillant de dangers et d’ennemis embusqués, attendant l’occidental naïf. Aïe aïe aïe, quelle triste perspective de voyage…

Il existe de mauvaises personnes partout dans le monde. La bêtise et la violence ne sont pas réservées à un pays particulier. Elles sont en minorité absolue.

Il existe de bonnes personne partout aussi. Elles sont en majorité et c’est souvent la peur ou le journal de 20h qui nous fait croire le contraire.
Les hommes, les femmes, les enfants de ce monde aspirent à vivre en paix, en sécurité et jouir du temps qu’ils ont à passer sur terre. Ils veulent aimer et être aimés en retour. Ils veulent protéger leurs petits et esquiver si possible les coups durs du destin. Ils pleurent les disparus, fêtent les nouveau venus, célèbrent le printemps et craignent l’hiver. Ils ont mal quand ils se blessent, ils souffrent, pleurent, rient et tombent amoureux. Comme vous, comme moi, comme 7 milliards d’humains.

Le chemin est long pour s’affranchir de ses peurs mais le voyage est une thérapie de choc efficace

 

Il n’est pas si facile que ça de se mettre à reconsidérer le monde dans ce qu’il a de meilleur. Voir un frère, une soeur dans l’étranger qui se présente à vous et non un ennemi potentiel.
La peur de la catastrophe, du « trop tard » ou de passer pour une andouille domine beaucoup.
Le monde occidental n’aide pas à changer de point de vue. Il verse invariablement dans la caricature. Aimer les gens, être confiant c’est être en dehors de la réalité, dans un pays peuplé de licornes roses et de dinosaures oranges.
Ne faire confiance à personne, ne pas parler aux étrangers sont les premières leçons de l’enfance. Apprendre la peur et réagir avec elle donne l’illusion d’être protégé.

Apprendre à discerner le bien du mal, le manipulateur de l’altruiste ne serait-elle pas une meilleure leçon ? Apprendre à avoir confiance en soi, être fort « dedans » et stable est une posture ouverte, non fermée. En voyage, c’est fondamental d’être ouvert !

Sur les routes du monde, il arrive souvent que le contact avec les autochtones et la relation humaine deviennent fondamentaux. Loin de tout, sans réseau internet, sans transports assurés, il faut pouvoir s’en remettre aux locaux. C’est à ces moments-là que la confiance en soi, la sensibilité et l’empathie jouent pleinement leur rôle. Avoir confiance en soi, être solide, c’est aussi donner confiance aux autres et permettre au dialogue et à la bienveillance de s’installer.

Donner de la valeur à ce qui a de la valeur : des souvenirs de voyages vous ne garderez que les 99% positifs

Sur la route vous croiserez des personnes comme vous : sympas, ouvertes et absolument pas menaçantes.
Vous en croiserez plus rarement des mauvaises. Mais, arnaqueurs, voleurs et menteurs vous attraperont sûrement une fois dans leurs filets, c’est à peu près inévitable. Malgré tout, ces mauvaises expériences ne doivent pas prendre toute la place sur votre disque dur. Elles ne représenteront qu’1% des personnes que vous côtoierez dans votre voyage. Ces mésaventures vous enseigneront ce que vous avez besoin de savoir pour ne pas vous faire attraper une seconde fois.

Traverser une situation difficile à cause du 1% de mauvaises personnes, ce n’est pas drôle. Mais prendre conscience de la bienveillance des 99% autres ça donne une toute autre perspective à la vie !

Lorsque mes objets précieux m’ont été volés en Zambie il s’agissait réellement d’une catastrophe. Le retour en France à été incontournable. La leçon de ce cataclysme n’a pas été « tous des moules à gaufres » et autres noms d’oiseaux. Sans le sou et fort contrariée, je me suis mise à rencontrer des gens extrêmement bienveillants à mon égard. A un point tel que je suis rentrée en France avec 70€ en Kwatchas en trop. Les personnes autour de moi m’ont invitée à manger, m’ont logée gratuitement et ont mis à ma disposition ordinateur et connexion pour régler mes soucis. Des inconnus sont venus me voir sans que je les appelle. Seulement parce qu’on leur avait raconté mon histoire.
Quand tout va mal, regardez ce qui se présente. Quand tout s’effondre il y a toujours une main qui se tend et des gens prêts à vous réconforter. Cette leçon doit être 100 fois plus précieuse que le montant total du préjudice.
N’ayez pas peur. Il existe toujours une solution.

Pour être protégé du pire, faut-il passer sa vie à l’ombre de ses peurs ?

Les plus inquiets diront alors que certaines blessures sont profondes, parfois mortelles. Et c’est vrai. Un viol, une agression physique, une arme ont de terribles conséquences. Mais vivre sa vie la peur au ventre est-ce plus enviable ?
La vie nous oblige, qu’on le veuille ou non à réagir, changer, grandir. Et nul n’en connait le dernier chapitre. Alors ne vaut-il pas mieux ouvrir son coeur et se nourrir de ces aventures, de cette lumière plutôt que de rester dans l’illusion protectrice de l’obscurité  ? N’ayez pas peur. Vous rencontrerez sur votre chemin 99 fois plus de personnes comme vous : sympas, ouvertes et absolument pas menaçantes.

Les histoires contées ici sont vraies de vrai...