Sri Lanka

Bouddha assis ou couché, jungle et plage, le Sri Lanka offre tout ce que désire un touriste. Au voyageur, l’ancien royaume de Ceylan ouvre les portes d’une terre d’aventure

 

Au Sri Lanka, tout a tellement été dit qu’il faudrait jouer d’ironie pour écrire quelque chose de nouveau

 

On pourrait commencer par les gens : n’en n’ont-ils pas marre d’être sympas comme ça et de sourire tout le temps ? Non, décidément c’est trop difficile de se moquer de ce pays.

හෙලෝ ශ්‍රී ලංකාව, මගේ නම ක්‍රිස්ටීන්, මම ප්‍රංශ ජාතිකයෙක්, ඔබව හමුවීම සතුටක්!

helō śrī laṁkāva, magē nama krisṭīn, mama praṁśa jātikayek, obava hamuvīma satuṭak!

Le Sri Lanka, c’est tout petit, mais c’est intense

 

Le Sri Lanka en superficie, c’est un dixième de la France. On pourrait en faire le tour très rapidement, en moins d’une semaine.
Le voyageur pressé verra les incontournables du pays : un train mythique qui slalome entre les plantations de thé de Kandi à Nuwara Eliya, le grand bouddha de pierre, les plages de Mirissa. Et très honnêtement, il ne sera pas déçu. L’île est si riche que même en trois jours, on a l’impression d’avoir vécu milles aventures.

Le Sri Lanka est touristique, mais pas tant que ça

 

Pour faire le tour des attractions, le pays est bien rodé. Les agences se disputent les offres les plus alléchantes : de resort exotique en grottes peintes, chauffeur privé, champs de thé vert, coucher de soleil sur Sigiriya : on en prendra plein les jambes et plein les yeux. 
Mais le Sri Lanka ne se laisse pas résumer en quelques mots. C’est là où il n’y a rien à voir que sont les plus belles surprises : paysages inspirants et gentils locaux garantis. Les attractions touristiques ne sont pas si nombreuses et l’exploration est facile. Passer de village en village dans les zones reculées vaut son pesant de dépaysement.

Vas donc te perdre dans la jungle du Sri Lanka, tu rencontreras peut-être Rambo !

 

Où faut-il aller pour voir ça ? Essayez de rallier Deniyaya (dans la forêt tropicale) en partant de Kandi un lendemain de nouvel an. Peut-être que comme moi vous vous trouverez nez à nez avec un commandant des Forces Spéciales du Sri Lanka, en pleine nuit, à la tête d’un bataillon en mission, au guidon de sa moto, dans la jungle, terrible jungle. Tout ça en même temps. Il sera aussi déterminé à vous sauver de 3 km de marche pour rejoindre votre nid douillet quelque part dans la colline. Il n’hésitera pas à stopper les troupes en treillis camouflage, bazooka en bandoulière pour user de son arme secrète : un téléphone portable.

L’hospitalité au Sri Lanka, c’est du sérieux mais elle ne se trouve pas dans les zones touristiques

 

Les sri-lankais sont comme partout dans le monde : 99% de gentils. En plus, ils ont le sourire et aiment vraiment rendre service. Ils n’attendront pas de rétribution, l’hospitalité (cinghalaise, tamoul et musulmane) et l’accueil de l’étranger sont des traditions fortes. Cet accueil chaleureux se trouve auprès du peuple, loin des zones touristiques où pullulent les requins vivant d’arnaques et de mensonges.

La visite des plantations de thé au Sri Lanka laisse un goût amer…


La visite des plantations de thé est peu intéressante : pas de photos autorisées, un guide sans âme qui ne raconte rien de plus que ce que vous savez certainement déjà. Les choses qui auraient pu être intéressantes ne sont pas accessibles au public, secret de fabrication oblige (foutaise). Le but de tout ça est de vendre du thé Ceylan au voyageur, la boutique est au bout du parcours. Sincèrement, savourer mon pur Ceylan-rondelle de citron avec vue sur la plantation où s’échinent des femmes sous-payées (30 kg ramassés,1.50€ par jour), c’est votre tasse de thé ? 

Sur le chemin de la reconstruction et de la paix, le Sri Lanka possède un atout majeur : une identité forte

 

Le pays a des années difficiles derrière lui. La guerre civile du Sri Lanka a fait parler de lui dans les médias pendant plus de vingt ans. Le grand tsunami de 2004 n’a pas fait de détour, il est aussi venu frapper l’île de plein fouet. Depuis 2009, il est officiellement en paix et tente de se reconstruire. Il y a beaucoup à faire mais le pays a de bons atouts. La nature y est belle, les plages douces et cette terre possède une denrée de plus en plus rare dans ce monde : de l’authenticité. 
Encore plus qu’ailleurs, au Sri Lanka il faut sortir de l’essaim touristique. Les vrais sri-lankais sont attachants, honnêtes et très attachés à leur culture. Le plus beau du Sri Lanka se trouve le long des chemins de traverse. C’est là qu’habitent ceux qui valent tous les voyages.

Le Sri Lanka est riche de culture et d’histoire. Dommage qu’il faille l’être aussi pour leur rendre visite

 

Il y a quelques années, le gouvernement Sri-lankais a décidé de multiplier le prix des visites de ses monuments par dix. Depuis les forums ne décolèrent pas, le Sri Lanka est devenu une destination culturelle exorbitante. Chaque incontournable se situe entre 30 et 60€. Il faudra donc faire des choix et c’est bien dommage.

Si le budget est serré, sélectionnez un top 3 et fuyez le reste

 

Sigirya pour sa citadelle, Polonarowna pour les ruines (et aussi pour son lac et ses habitants), un safari en douceur dans le parc de Yala, chacun choisira selon ses aspirations.
Heureusement, même si elles valent vraiment le détour, ce qu’il y a de plus beau à voir au Sri Lanka n’est pas cher et même gratuit. Ce sont les gens que vous croiserez sur votre route, des restaurants de rues, des cafés de banlieue, le sommet du pic d’Adam (gratuit), les collines tropicales et les plages familiales.

Parlons de choses qui fâchent : le Sri Lanka fait aussi parler de lui pour de mauvaises raisons

 

Top 1 du mauvais : le harcèlement et les agressions sexuelles au Sri Lanka

 

J’ai promis toute la vérité, rien que la vérité : c’est au Sri Lanka que le harcèlement sexuel a été le plus important.
Même l’Inde dont la désastreuse réputation en ce domaine n’est plus à faire, ne rivalise pas. Je précise que tout ce qui suit est vrai, c’est du sincère, du vécu.
Dans les bus, les hommes se frottent, touchent, palpent, tripotent à  gogo. Certains vont même se masturber, de façon ostentatoire, en direct sur le siège d’à côté. Les hommes agissent sans honte. Leur comportement peut être agressif, ils se sentent légitimes.
Donc dans les bus locaux et le train, Mesdames, le pantalon est de mise. Pas de short, de robes, de top  mini. Ce n’est pas recommandé même si vous êtes entourée-s de vos gardes du corps. Vous n’échapperez pas aux gestes, aux regards et surtout aux grimaces : la langue tirée qui fait des allers-retours ce n’est pas celle d’Einstein. Cette mimique est une invitation au coït violent, dominant et non consentit. Un dessin ?

En deuxième position du top-flop of Sri Lanka : le harcèlement touristique

Les voyageurs rapportant de la déception ou carrément de la colère sont nombreux. Hélas, la réputation du Sri Lanka en matière de harcèlement touristique est méritée. Certains ne reculent devant rien pour soutirer de l’argent au voyageur, leur avidité ne connait aucune limite. Les visiteurs ramènent de cette île un sentiment dominant de vénalité à l’excès. Sourires, curiosité, amabilité n’ont souvent qu’un seul but : accéder à votre porte-monnaie.

Flop n°3 : les prix prohibitifs. Au Sri Lanka, une canette de coca se vend parfois à 5€ 

Dans les zones les plus touristiques, les prix flambent, vous êtes prévenu.
Mais ce n’est pas tout. Les touristes ne paient pas la même addition que les locaux : entrée des sites, restaurant, musées, bars, il existe deux tarifs : un pour vous, un pour eux.
Le problème c’est aussi que ce n’est pas un tarif élevé qui garantit la qualité. Pour une chambre sale, de la nourriture médiocre ou des transports pourris, il se peut que les sri-lankais exigent le prix fort. Ne cédez en aucune manière. Négociez fermement ou fuyez mais n’acceptez pas ces agissements. Reportez-les sur les réseaux ou à qui de droit et faites la place belle à ceux qui font de leur mieux et proposent de bonnes prestations. En luttant contre les escroqueries vous rendrez service au pays qui mérite mieux que cette triste réputation.

La vérité n’est pas toujours simple à écrire. Il serait injuste de faire des Sri-lankais un portrait si peu flatteur et de finir sur une note décourageante

Sachez que même si tout ce que je relate ici est vrai, j’ai vu aussi des hommes se lever pour me permettre de changer de place et s’excuser pour les canards (pas d’insultes ici !) aux mains baladeuses : « Pardon maam, tous les srilankais ne sont pas comme ça, soyez la bienvenue, pardon pour eux« . J’ai eu plus de belles rencontres que de mauvaises et mon exploration de cette île est constellée de gentillesse, de chaleur et de générosité. De Bala De Kandi (un pharmacien croisé dans la rue) à Rambo de Déniyaya, ils ont été légion à m’offrir le meilleur du Sri Lanka. La balance penche du côté des bons, des gentils, des respectueux.

ශ්‍රී ලංකාවට ස්තූතියි, සමුගන්න, ඉක්මනින් හමුවෙමු śrī laṁkāvaṭa stūtiyi, samuganna, ikmanin hamuvemu!

Sri Lanka

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank

Et si on visitait l'Inde ?

Des déserts, des gens, des cinémas, des villes, des plats, des montagnes, du thé, des saris, des temples, des épices, etc…