France

Tataaamm ! Voici le pays que le monde entier nous envie : la France !

Première destination mondiale de tourisme depuis des décennies, la France est indétrônable sur le podium des pays touristiques.
Presque 90 millions de visiteurs en France en 2018 alors que le nombre total de touristes est estimé à 1.2 milliards dans le monde, voilà qui en impose.
Mais pourquoi le monde entier rêve-t’il de ce pays ?
Il y a bien des explications !

La diversité française : 100 pays en un seul

D’accord, la France ce n’est pas le Luxembourg en terme de taille mais elle reste de taille modeste avec ses 557 695 km² à côté de l’inde, du Canada ou de l’Australie.
Cette taille raisonnable la rend d’autant plus attractive pour les visiteurs qui y trouveront une grande diversité de cultures et de paysages.
Comprenons bien que pour un américain ou un russe, passer de la Bretagne à la Côte d’Azur en passant par le Vercors, c’est un peu comme voir 10 films en un seul. 

Il faut avoir voyagé un peu pour s’en rendre compte. La diversité qu’offre la France est assez exceptionnelle. Il est possible d’y séjourner longtemps sans jamais voir le même paysage ni manger la même spécialité culinaire. 

La France est un pays facile à visiter
Les autoroutes et routes sont en très bon état et les réseaux de transports publics, quand ils ne sont pas en grève, sont très bien organisés. 
J’entends d’ici les français s’offusquer. Je persiste et signe. Il faut avoir traversé d’autres pays pour s’en rendre compte : les transports français sont fiables, sûrs et rapides.

Plages, mers et côtes françaises : l’embarras du choix

La France possède pas moins de 5 côtes maritimes qui s’ouvrent sur 5400 km de plage.
Tout est dit : sable fin, soleil, baignade et barbecue sont au menu.
Hendaye, Etretat, Porto Vecchio, les Calanques, Dauville ou le Pas-de-Calais, chacune a son charme et son climat.
Si la France n’est pas la seule à posséder de belles plages dans le monde, les façades maritimes sont largement plébiscitées. 
Là encore, c’est sans doute le mix plage-culture-gastronomie-patrimoine qui les rendent si populaires. 

Je conseille toujours aux voyageurs de visiter le Sud de la France en dehors des périodes de haute saison. Pour apprécier ces régions, il vaut mieux opter pour les mois de mai ou octobre, loin de la foule, des embouteillages et des saisonniers maussades.

La montagne française, c’est balaise !

La montagne n’est pas en reste :  de l’Alsace aux Pyrénées, il y en a pour tous les goûts. Les jeunes montagnes des Alpes aux dents pointues offrent l’ivresse de l’altitude, la neige, les glaciers et les pics. 
Trek, alpinisme, ski, les montagnes de France sont le terrain de jeux de tous les aventuriers.

Un peu moins haut mais pas moins beau : Vosges, Massif Central, Pyrénées, Jura, Vercors, Corse, il est trop long de les citer tous car le choix est immense !
Camping, escalade, randonnées, canyoning, spéléologie et bien plus encore, la France est une destination pour les amateurs de nature et de sport.

La bonne bouffe, la gastronomie, la cuisine : à table !

 Classé au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité, rien que ça, la bonne chair française aiguise bien des appétits… et des langues. 

Lorsqu’on demande à un français quelle est la spécialité culinaire de son pays, observez bien l’expression de son visage, il ne sait pas toujours quoi répondre. 
Voilà en quelques lignes le type de réponse que cette question toute simple peut donner.
« Le cassoulet ! 
Ben non, la blanquette ! 
Et alors et le gratin dauphinois ? 
Et la tartiflette, faut pas oublier la Savoie quand même ! 
Et la lorraine avec la quiche, c’est une institution ! 
Le pot-au-feu, c’est connu depuis des lustres…
Oui mais là, on ne parle que des plats, le fromage, ça compte ? 
Les crêpes ? On a même une fête pour ça alors…
Et la pâtisserie ? C’est une spécialité à part entière, c’est trop compliqué cette question !
« 

Donc si vous souhaitez assister à un vif débat, posez cette question à l’apéritif, au dessert, le sujet ne sera toujours pas tranché.

Découvrir la gastronomie française à moindre coût

 Si le budget est trop serré pour pouvoir s’offrir un restaurant gastronomique tous les jours, il existe bien d’autres moyens de découvrir la gastronomie française. 

C’est sans doute politiquement incorrect et loin des cartes postales télévisées mais il y a moyen d’en apprendre beaucoup sur la tradition culinaire sans débourser.
Lorsque mes amis d’ailleurs me rendent visite en France, je les emmène au marché ou au supermarché.
Et c’est parti pour l’initiation !
Je leur fait visiter (presque) tous les rayons : fromage à la coupe ou emballé, charcuterie, boulangerie, pâtisserie, vin, traiteur… 
Au fur et à mesure, je leur explique l’origine géographique, l’histoire, la composition, la recette. 
En moins de 2 heures, ils ont déjà une bonne idée de l’étendue de la culture gastronomique française et tout ça, sans dépenser un centime.

L’intérêt n’étant pas d’y remplir son caddy avec des produits industriels emballés dans des tonnes de plastique. Visiter un supermarché permet de découvrir en peu de temps à peu près tout ce que la France peut offrir en matière de diversité gastronomique. 
Les marchés de ville sont encore vivants et populaires en France, il vaut donc la peine de leur rendre visite et d’y faire ses achats et  cela permet de supporter une économie paysanne locale.

La culture, l’architecture, l’histoire

La France est riche d’une grande culture immatérielle comme sa cuisine et sa façon de rester à table pendant des heures mais la culture est surtout matérielle. 
Châteaux, musées, villes, bâtiments classés, forteresses ou villages, l’hexagone regorge de trésors à visiter. 
Le désarroi m’accable lorsque je rencontre des touristes qui ne connaissent du patrimoine culturel français que les bestsellers : la tour Eiffel, Notre-dame et le Louvre. 
Chaque ville française possède des chefs-d’oeuvre : des ponts, des places, des maisons, des églises ou des cathédrales et bien plus encore. Il est quasi impossible d’en faire la liste.
Toute cette culture ne demande pas forcément un budget conséquent. 
Visiter les traboules lyonnaises, le village de Saint Cirq Lapopie, Annecy, Honfleur ou les calanques de Cassis sont des escapades gratuites qui valent vraiment le détour.
 

La France et les français

Bon, mettons les choses au clair. Si la France est une destination définitivement appréciée du monde entier… les français souffrent encore de pas mal de critiques pas toujours méritées. Il subsiste encore beaucoup de préjugés et d’idées reçues sur le citoyen français qui relèvent du mythe et pas de la réalité. 

Il n’existe pas de pays parfait en ce monde, la France ne fait pas exception. Dans l’Hexagone on rencontrera des imbéciles, des impolis, des arrogants et des pas gentils comme partout… mais pas plus qu’ailleurs.
Lorsque je rencontre des personnes qui ont visité la France, je leur demande invariablement ce qu’ils ont pensé de mon pays. A l’unanimité et en toute sincérité, les retours sont positifs. Alors oui, les français sont plutôt gentils et aidants.

Mais alors pourquoi cette désastreuse réputation ?

Les français sont-ils aussi mauvais qu’on le dit ?

Pays le plus visité au monde depuis des lustres, le tourisme représentait 7% du PIB français en 2017. Alors, oui, le tourisme ici bas est une industrie. 

C’est souvent ce côté industriel qui déçoit les visiteurs : prix exorbitant, service médiocre, stress, cohue, longue file d’attente… 
Le ressenti d’un touriste qui se sera cantonné aux attractions touristiques majeures (Paris-Nice en 3 jours) risque d’être très moyen.
En dehors des splendeurs de la capitale, les français seront sans doute plus patients et moins pressés envers l’étranger perdu ou désireux de faire connaissance. Et les prix seront bien plus raisonnables.

On juge parfois bien durement les français et ce pour de mauvaises raisons. 
Doit-on juger tous les égyptiens par rapport à ceux rencontrés aux Pyramides ou à Louxor, champions de l’arnaque et du harassement touristique ? Heureusement non !
Il en va de même avec les 67 millions de français qui ne méritent pas ces récriminations. 

Les français ne parlent pas anglais

Partout où je vais, j’entends la même sempiternelle critique : les français ne parlent pas l’anglais, pire, ils ne veulent pas parler la langue de Shakespeare.
Tout est relatif !
1 français sur 5 le parle couramment. Et au cas où vous ne trouvez pas cela représentatif, sachez que seulement 9% de nos voisins britanniques maîtrisent le français (et seulement 6% une deuxième langue étrangère).
Il est archi-vrai que parler une langue étrangère était le cadet des soucis des étudiants… en 1980.
Cela a bien changé depuis et la réputation du frenchie arrogant qui se refuse à parler l’anglais est bien dépassée.

De quelle FRANCE rêvez-vous ?