Le voyage et le fantasme Australie-Nouvelle-Zélande

Pourquoi les jeunes voyageurs sont-ils si nombreux en Nouvelle-Zélande et Australie ?

 

La Nouvelle-Zélande-Australie, c’est la Mecque du Backpacker, l’Eldorado du jeune diplômé en quête d’avenir et le Graal de l’aventure

Les jeunes s’y bousculent : Australie ou Nouvelle-Zélande c’est le pèlerinage obligatoire si l’on veut faire ses preuves dans la vie.
Achète ton sac-à-dos et ton billet pour Sydney ou Auckland. Tu reviendras auréolé, illuminé de la grande aventure de ta vie. Avec un peu de chance, tu seras même adoubé et mériteras ta place dans la grande confrérie des Backpackers.

Mais pourquoi cet engouement pour ces deux pays ?

Le désir des grands espaces vierges, tellement photogéniques, peu d’habitants, des paysages filmés en cinémascope et la réputation de pays de cocagne. Ajoutons une pincée de kiwis à la réputation légendaire : très hospitaliers et tellement cools
Les jeunes veulent y faire leur pèlerinage, la Nouvelle-Zélande c’est tout simplement la Mecque du voyageur en sac-à-dos.
Rien d’étonnant à cela : le pays est stable, facile à explorer, la criminalité y est exceptionnellement basse, on y trouve facilement du travail. Voilà une esquisse bien séduisante pour les jeunes épris d’aventures avec en bonus, des cours d’anglais gratuits.
On ne peut que les comprendre. Ce n’est pas en France qu’ils peuvent se pointer dans une exploitation paysanne, y être reçu avec le sourire welcome et y faire une saison dans une ambiance conviviale et chaleureuse. La France, c’est compliqué et rigide, la Nouvelle-Zélande, c’est cool et simple. Enfin, c’est ce qu’on croit.

Pour les jeunes voyageurs le pays est avant tout loin, très très loin du giron familial

Une occasion en or donc pour ces jeunes diplômés (ou pas) d’aller faire l’expérience de leur vie, un voyage initiatique qui va les faire passer du statut d’ado mal dégrossi à l’adulte accompli.
La quantité de backpackers au m² garantit aux parents inquiets que leur petit ne se retrouvera pas seul, qu’il s’y fera des copains. Un voyage pas si sauvage que ça au final et qui ressemble de plus en plus à une colonie de vacances pour adulescents.
 

L’envers du décor est tout autre, mais c’est l’omerta : tout le monde vous dira que c’était ammmmaaaaazing !

Je ne connais que quelques voyageurs sincères, suffisamment affranchis du qu’en dira t’on pour en parler librement.
Personne ne parle de cette main d’oeuvre providentielle, souvent sur-qualifiée qui se presse devant les fermes et les exploitations agricoles pour quémander des emplois sous-payés. Au final, ils gagnent moins que le smic français, payent le paquet de pâtes 4 fois plus cher et dorment dans des dortoirs pourris. Si ce n’était la NZ ou l’Australie, cette main d’oeuvre passerait au JT avec un titre racoleur : les nouveaux esclaves au pays des Kiwis.

Le PVT est un coup de génie économique et social

Australie et Nouvelle Zélande ont trouvé la solution miracle pour faire face à la demande de travailleurs saisonniers. Ca pourrait presque être une blague mais c’est très sérieux : ces travailleurs ne demandent qu’à être exploités pour pouvoir rester 6 mois ou 1 an à travailler 12 heures par jour et jubiler par dessus le marché de dormir dans une maison poubelle.

Les jeunes voyageurs veulent revenir en faisant étalage d’une expérience enrichissante

Et comment leur en vouloir ? Ils reviennent de si loin et pourquoi le nier, cette expérience les a sans doute enrichis, changés, galvanisés. Leur récit en convertira d’autres qui à leur tour, n’auront pas le courage ou l’honnêteté de raconter froidement l’histoire. Tout le monde préfère revenir vainqueur… Pendant ce temps là, les exploitants se frottent les mains et l’économie du pays aussi.

La loi à la rescousse des européens en mal d’aventures

Toujours confidentiel mais vrai : en Australie, une nouvelle loi a vu le jour en 2018 pour établir un minima horaire : 18.93$ de l’heure, soit 719.20$ la semaine.
Jusqu’alors, les salaires pouvaient atteindre 8$ de l’heure, sans logement ni nourriture, ni transport. Quand on connait le coût de la vie de ce côté du Pacifique, on demande un mouchoir pour pleurer. Mais le nombre de candidat prêts à tout pour un job donne l’avantage aux employeurs qui ne respectent pas toujours les règles.

Pour finir sur une note positive et objective

Les salaires en Australie sont plus élevés qu’en Nouvelle-Zélande. La moyenne tourne autour de 25$ de l’heure. Le logement est souvent inclus. Il est important que les pévétistes négocient ferme et n’acceptent pas n’importe quoi. Un travail payé à l’heure reste la meilleure option. En sortant des sentiers battus tels que Sydney ou Melbourne, l’aventurier vivra une expérience authentique et enrichissante.

Et si on allait plutôt en Inde ?

D’accord, les parents vont se faire du soucis mais l’Inde, c’est une véritable aventure !

Suivez, partagez et donnez votre avis !
error

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous aimez cet article ? Partagez-le ou réagissez !