L’hospitalité en Mongolie

Lors d'un voyage en mogolie, la surprise risque d'être de taille : l'hospitalité mongole est très spécifique

L’hospitalité ici est un pilier, une fondation de l’identité mongole. Il est inconcevable de ne pas ouvrir sa yourte au voyageur. Le climat du pays est si dur que sans l’inconditionnalité de cette main tendue, personne ne peut survivre ici.

Alors on ouvre sa tente à qui en a besoin. Ce qui surprendra le visiteur c’est le style : il n’est pas question de faire dans les civilités, la politesse et encore moins dans la conversation.
Dans une yourte mongole, qui au passage s’appelle ici une ger, on rentre comme dans un moulin, mais pas n’importe comment, il faut respecter les règles strictes. On dit dodo et le maître des lieux, sans se fendre d’un sourire, tend la main vers un lit si vous êtes chanceux, un matelas au sol, une pile de couvertures… et c’est tout.

Les mongols offrent aussi, inconditionnellement hors des yourtes pour touristes, à boire et à manger. La collation consiste en un thé mongol, le fameux et déroutant Süütei tsai, du fromage à base de lait de chamelle et une curiosité : des pains briochés à la vapeur, Mantuum, avec du beurre frais de yack.

Si l’accueil mongol peut sembler froid à l’européen, il n’en est rien

On ne fait pas dans la dentelle « d’où viens-tu ô grand voyageur, mi casa es tu casa« , ici on ne dit rien. Une fois le gîte consenti, n’attendez pas que les habitants fassent la conversation ou s’empressent de tisser des liens. Les mongols sont des meutes solitaires. Donc chacun ira vaquer à ses occupations sans vous prêter plus d’attention que ça et les yacks sont bien gardés.
Ces attitudes doivent être considérées d’un point de vue culturel, identitaire. Les mongols ne sont pas des américains vous accueillant à coup de honey, darling. Les mongols sont héritiers de traditions ancestrales, ancrées dans une racine nomade très ancienne. Et pour le nomade, rien ne dure, tout est provisoire. Ne vous sentez pas malvenu pour autant.
J’ai vu des mongols entrer dans les yourtes, grogner à peine quelques mots, manger, dormir, remanger et quitter les lieux sans autre forme de procès. C’est la Mongolie !

Yourte mode d’emploi

 

Il existe beaucoup de règles liées aux symboles mongols, elles sont chères aux habitants. On ne badine pas avec ça alors révisez avant de partir sinon vous n’allez pas vous faire des copains.

  • Ne frappez pas à la porte de la yourte si elle est close, jamais, rentrez et c’est tout. Toquer à la porte, politesse obligatoire pour les européens est ici un signe d’agression.
  • Enjambez soigneusement le seuil en bois, du temps de Gengis, le maladroit était passible de la peine capitale, vous êtes prévenu.
  • Rentrez du pied droit et seulement du pied droit.
  • Allez toujours vers le côté gauche, ne vous dirigez jamais vers la droite, sauf si on vous y invite expressément.
  • Asseyez-vous à l’endroit réservé aux invités, sur la gauche.
  • Ne perdez pas de temps à prendre place, ne papotez pas dans l’entrée. Dans une yourte, il faut être ou dedans ou dehors.
  • Un visiteur qui reste debout en se balançant d’un pied sur l’autre, même par timidité, va mettre tout le monde mal à l’aise : c’est le signe des messagers porteurs de mauvaises nouvelles.
  • Attendez que le maître de yourte vous invite éventuellement à venir vous asseoir à côté de lui, face à la porte. Empressez-vous d’accepter son offre car il vous met ainsi à une place d’honneur.
  • Dans la yourte il existe une place sacrée, elle se trouve entre les deux piliers centraux. Il est donc formellement interdit de s’y asseoir ou d’y passer, sinon gare à la colère de Tengri.
  • La yourte est sacrée, intime, n’entrez jamais avec un objet ressemblant de près ou de loin à une arme : couteau, cravache, pique, hallebarde, kalachnikov, etc.
  • Respectez les rituels de bienvenue.
  • Après et seulement après la conversation peut commencer.
Suivez, partagez et donnez votre avis !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous aimez cet article ? Partagez-le ou réagissez !