Trésors d’Egypte, des dieux et des rois

Côté culture, l’Egypte mérite sa place sur le podium des plus beaux patrimoines de l’humanité. Et quel héritage ! Des pierres, des temples, des colonnes, des sarcophages d’or et beaucoup de mystères…

 

L’évocation de l’Egypte résonne d’une manière bien particulière pour chacun de nous. C’est un pays qui régnât jadis sur l’Orient, construisit les énigmatiques pyramides au design si moderne et rempli nos imaginaires d’écoliers de mystères, de tombes secrètes renfermant des trésors oubliés.

Ce n’est pas ce que trouvera le voyageur en foulant le sol égyptien. C’est beaucoup mieux

 

Aussi étrange que cela puisse paraître, les ruines qui ont traversé les millénaires pour arriver jusqu’à aujourd’hui n’ont rien perdu de leur pouvoir envoûtant. Elles restent des oeuvres venues d’un autre monde. Elles dominent tout ce qui a été créé après elles.
Elles sont la source de bien des passions, de rêves. Rien n’est vraiment comparable à cette beauté parfaite, ces lignes équilibrées à la perfection, ce style précis, vif. L’harmonie qui se dégage encore de ces chefs-d’oeuvre, cette puissance nimbée de mystère ne peut laisser personne indifférent. 
Après toutes ces années de recherche, l’Egypte ancienne reste hermétique. La datation au carbone ne donnera jamais la clé de l’énigme : où ont-ils trouvé ces formes pures, ces courbes souples et fermes, ce trait, cette beauté parfaite ?  

Jamais surpassé, le patrimoine égyptien se moque de la ville rampante, crasseuse qui couvre les alentours du Caire ou de Louxor. Rien n’entame la majesté de l’Egypte antique, son aura de trésor. Rien.

Keops, Toutankamon, Nefertiti invitent le voyageur à la danse

 

Les pyramides de Gizeh sont si célèbres qu’elles incarnent le pays à elles seules. Oui, elles sont impressionnantes, pourtant il y a d’autres monuments égyptiens qui marqueront davantage le voyageur. Karnak et ses incroyables colonnes, ses bas-reliefs d’un pharaon vainqueur irradiant force et gloire, le temple de Louxor et ses gardiens sont des spectacles qui intiment silence et respect.

Le musée égyptien du Caire est incontournable mais pas seulement pour les antiquités qu’il renferme

 

Le Musée égyptien de 2019 encore situé sur la place Tahir est un condensé de la grandeur passée de l’Egypte ancienne et du souk-binz-bazar d’aujourd’hui. La superbe bâtisse qui abrite les précieux trésors est remplie comme un magasin d’antiquité populaire. Tout y est entassé comme à la va-vite. Les papyrus millénaires prennent le soleil, les caisses vitrées protégeant les sarcophages délicats sont fendues, scotchées, branlantes. Les visiteurs, qui ne font pas tous preuve d’éducation, touchent les statues, tripotent sans scrupules le bec d’Horus et la barbe d’Akhenaton. 
Il y a tant d’artefacts que le visiteur ne sait plus où donner de la tête. Aucun espace de libre sur les murs ou au sol. Les imposantes statues grimpent parfois jusqu’au plafond. On a l’impression d’être dans un magasin d’antiquité du souk version XXL.

En 2021, le nouveau musée du Caire doit ouvrir ses portes. Il parait qu’il est si vaste qu’on le compare déjà à un aéroport. Il sera donc moderne et rendra aux hôtes du musée l’espace et la grandeur qu’ils méritent

 

Sera-t’il aussi attachant que l’ancien, dans son architecture 1900, tout près du Nil au coeur de la vie grouillante du Caire ?
Personne ne peut le dire car ce nouveau musée titanesque se fait désirer depuis… 8 ans. 
Son ouverture fut annoncée en 2015, puis en 2018, puis en 2021.
Pharaonique, c’est le cas de le dire, le projet ne cesse de prendre du retard. On parle de plus de 5000 ouvriers à pied d’oeuvre et de budget qui explosent. Espérons que ces investissements seront à la hauteur du résultat. Mais au pays de la démesure, tout est possible !

L’Egypte des pharaons se découvre sur des circuits bien rodés

 

Depuis le temps qu’elle attire les touristes du monde entier, l’Egypte a eu le temps de parfaire le circuit idéal. Il commence généralement au Caire. Les touristes visitent le musée égyptien, puis les pyramides de Gizeh, Keops, Kefren et Mikerinos. Ils enchaînent par la nécropole de Saqqarah (prononcez sa-ha-ra) que l’on appelle aussi Menphis. Puis  font un petit tour à Dahchour pour une photo de la pyramide rhomboïdale à l’étrange forme irrégulière et lisse.
En général, ils ne restent guère plus au Caire. Un bateau-croisière les attend sur le Nil pour faire la tournée du sud : Louxor, Karnak, la vallée des rois et reines, Assouan, Abu Simbel et retour au Caire.

Chacun mènera son exploration comme il le souhaite mais un tel héritage mérite une visite bien encadrée, avec un guide compétent, ou au contraire, en solitaire

 

Fuyez les tours au rabais qui ne vous donneront pas d’informations et très peu de temps pour visiter les monuments, surtout à Louxor.
Saqqarah mérite une demie-journée à elle seule. C’est un de mes endroits préférés. Le site est vaste, avec un peu de patience et de chance, laissez passer les cars de touristes qui ne font que courir et faites votre propre exploration. L’impression d’être seul, dans la pénombre des tombeaux aux ornements colorés vaut largement de se passer d’un tour organisé.
Ce dont le voyageur aura le plus besoin pour rendre honneur à ses vestiges, c’est le temps ! Il est tout à fait possible de visiter le patrimoine égyptien seul, à son rythme. 
Munissez vous d’un livre sur l’Egypte ancienne et potassez. Prenez le bus, le train, un vélo ou un taxi partagé et profitez de ce fabuleux héritage comme bon vous semble.

L’émerveillement à un prix. Si les visites restent abordables, le harassement touristique dont font preuve les égyptiens sur les sites est très désagréable 

Attention à ne pas tomber dans les filets des pseudo-guides et tours vendus à la sauvette. A renfort de carte de visite, plan, programme et bagou, le plus inculte des locaux se fera passer pour ce qu’il n’est pas : un guide érudit et expérimenté. A Louxor, attirés par le mirage de l’argent facile, ces personnes « planquent » devant les hôtels à l’affût des visiteurs hors-circuit. Une fois qu’ils les ont trouvés, ils ne reculent devant rien pour leur vendre un tour. Rien. Même vous suivre à pied sur 3 km.
Soyez prêt à faire face à ce harcèlement pour qu’ils ne vous gâchent pas la balade.

Croire que pyramides et temples sont le seul patrimoine de l’Egypte est une erreur. L’Egypte ne se limite pas à ces trésors… 

 

Le Caire mérite le détour. L’architecture héritée des époques coloniales, les vieux cinémas, les innombrables mosquées, les quartiers coptes, la citadelle, les souks… Une semaine ne suffit pas à tout voir.
Alexandrie n’est pas en reste. Les pieds dans la Méditerranée, elle possède bien des atouts culturels qui raviront le voyageur curieux. Mais il faudra s’obstiner un peu, sous la crasse, les immeubles croulants, les déchets se cache une beauté véritable.

Siwa, Fayoum et bien d’autres villages et oasis emmènent l’explorateur dans un voyage dans le temps. Murs de sables et de sel, lacs, sources chaudes, déserts, artisanat, temples millénaires perdus dans les palmeraies et histoire locale valent tous les efforts pour se rendre là-bas.

Et puis il y aura la gastronomie à découvrir, les marchés, les bars où déguster une bière Stella ou Saqqarah. Et bien sûr, les égyptiens. Chaleureux et drôles, bienveillants et respectueux, la très grande majorité des égyptiens est bien loin des chasseurs-arnaqueurs de touristes. Sortez un peu des sentiers battus, c’est là que vous les rencontrerez.

Le Caire est une ville passionnante, vivante et pleine de surprises. Des cantines de rue populaires et joyeuses, des souks bourdonnant comme une ruche, des mosquées, des églises… et des égyptiens très très attachants vous y attendent !

La culture, c'est comme la nourriture : on n'est jamais au bout de ses surprises !

Suivez, partagez et donnez votre avis !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous aimez cet article ? Partagez-le ou réagissez !