Jeune ou moins jeune, le voyage est fait pour tous !

Jeune ou moins jeune, le voyage est fait pour tous !

Choisir une vie "hors-norme" n'est pas un choix aisé. Il faut parfois faire face à d'acerbes jugements ou commentaires et à un ostracisme tacite. 

 Ils ne sont pas nombreux, je dirais même qu’ils sont rares en proportion, mais ils renferment un ostracisme violent auquel il est bon d’aller faire prendre un peu l’air.

Attention : nous parlons ici de grand voyage. Pas de vacances !

Mettons les choses au clair avant de plonger dans cet épineux sujet : je partage ma route avec tout le monde. Mes compagnons de dortoir ont de 18 à 78 ans ! Ils sont d’origines diverses, viennent des 4 coins du monde. Ils sont gays, lesbiennes, de religions différentes, de styles variés, timides ou tapageurs, frileux ou téméraires, grands ou petits, riches ou pauvres.

Encore un dictat à dégommer : Le voyageur idéal est jeune, sportif et mince

Je salue bien bas la guerre déclarée aux dictats de la mode. Place aux ronds et rondes, aux poils, aux maigres, aux roux, aux petits !
Longtemps nous avons dû supporter l’idée que pour être heureux, il fallait être « comme sur la photo ». Et quelle souffrance ! 
Lorsque j’avais 12 ans, le canon absolu c’était Twiggy !
Imaginez un instant mon désespoir d’avoir de la poitrine, des hanches rondes !
C’est un peu pareil pour le voyage-aventure : l’image idéale du voyageur-voyageuse baroudeur-baroudeuse est jeune, sportive et plutôt mince.

Une représentation frustrante et erronée

Le web est rempli de photos de jeunes explorateurs, les bras ouverts sur l’horizon, tous ensembles à faire la fête dans un bar pouce levé ou posant devant les monuments.

C’est bien joli de poser pour Instagram et de rendre jaloux les copains mais croyez-moi, nous sommes souvent loin de la réalité. 

Mais revenons aux plus âgés d’entre nous.
Une très grande partie des publications traitant de long voyage mettent en scènes des moins de 30 ans.
Cela renforce l’idée que le voyage n’est pas fait que pour une petite partie d’entre nous.

Ne croyez pas en ces fadaises. Vous avez droit à plusieurs vies.

Un ostracisme cruel et infondé

J’ai constaté à plusieurs reprises que ma présence mettait ces jeunes voyageurs mal à l’aise et que ma présence n’était pas souhaitée.

Pas d’invitation à joindre le groupe pour aller boire un verre ou explorer les environs. J’étais mise « à part » alors que la plupart du temps, le mélange, le regroupement se faisait naturellement.
A l’évidence, ces jeunes-là ne souhaitaient pas que je me joigne à eux. Pourquoi ? Parce que blanche ? Française ?
Au tout début, je me suis remise en question. Mon attitude ? Mon discours ? 

Que nenni ! Pauvre de moi, c’était à cause de mon âge !
J’avais pour mon malheur, l’âge de leurs parents ! Et la dernière chose que souhaitait cette jeunesse avide d’aventure, c’était bien de se retrouver avec une représentation  maternelle !

Vous imaginez le choc. La première fois, je me suis sentie ridicule, « pas à ma place ». 

Et le pire dans tout ça c’est que ces personnes-là prônaient le mélange, la liberté, la mixité !
Ils étaient là pour faire des rencontres !

 

Non, ce n'est pas de la paranoïa ni une vue de l'esprit

Je n’ai rien imaginé, tout cela est vrai. 
J’ai été qualifiée de « old one » (la vieille).
J’ai entendu : « le monde ira mieux quand l’actuelle génération au pouvoir (la mienne) sera morte », « c’est mieux que tu ne viennes pas », « alors comme ça on fait sa petite crise de la 40aine ? », des « heuuuuu » interminables, des excuses bidons, des mensonges.

Mais aussi des silences embarrassés, des fuites et quelques largages.

Heureusement, c'est une minorité ! J'ai rencontré 99% de personnes formidables ! Âgées ou pas ! 

Heureusement, je suis d’une nature très indépendante. Je repose sur mes deux jambes, et possède un mental solide.
Je ne suis pas en vadrouille au bout du monde pour « m’éclater » avec une bande de jeunes et retrouver ma jeunesse passée.
Je suis loin de mon pays et de mon canapé car je suis un animal social. 
Je suis curieuse des autres, je m’enrichie à leur contact. J’aime le changement, la découverte.  

J’ai plus de 50 ans et je ne suis pas vieille !

Je porte encore lourd et longtemps. Je marche, je grimpe, je bondis. Je plonge, je nage, je flotte. Je parle 3 langues, j’ai un excellent sens de l’orientation. 

J’adore sortir, discuter, rencontrer de nouvelles têtes et passer des soirées avec tout un chacun, jeune ou moins jeune.
Je suis créative, bavarde, j’aime blaguer, débattre, explorer, découvrir !

Ce que je veux, c’est mourir de rire, pas d’ennui !

Yes you can, Ô Mama !

 J’ai grand espoir que tout celles et ceux qui liront ces lignes y trouveront l’inspiration, l’assurance pour faire ce que vous avez envie de faire.

Réduire au silence les mauvaises langues qui vous susurrent que maintenant, votre place est derrière les fourneaux à préparer la tarte aux pommes du dimanche midi !  

Vous passerez certainement par des moments de doutes et devrez combattre la malveillance, la jalousie de ceux qui veulent vous garder là où ils estiment que vous devez rester. 
Ne vous découragez pas.

J’espère contribuer à changer le regard que certains portent sur les plus de 40 ans.
J’espère aussi rassurer ceux et celles qui voudraient bien changer de vie mais qui ont peur de se retrouver seuls.

Vous mettrez le cap vers d’autres horizons et explorerez d’autres territoires. 
Vous n’aurez pas besoin de beaucoup de force car voyager, c’est facile ! 
Le plus difficile sera de prendre la décision de vous lancer à la découverte du monde.

Mesdames et messieurs, si vous avez encore l’ombre d’un doute, sachez que vous rencontrerez beaucoup de bienveillance et des personnes prêtes à vous aider en cas de besoin !

Suivez, partagez et donnez votre avis !
error

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous aimez cet article ? Partagez-le ou réagissez !