Perou

Pérou Pou-Pou-Pi-Dou !

Pérou, vous avez dit Pérou ?
A quoi pensez-vous lorsque vous entendez parler de ce pays ? 
Machu Picchu, Inca, condor, lama, Tintin, Cuzco, ponchos en alpaga, flûte de pan ? 
Le Pérou c’est tout ça mais c’est bien plus encore. 
Moins connus, moins emblématiques, au Pérou il existe des endroits qui valent le détour. Il faut marcher dans le Colca canyon, tenter de percer le mystère des lignes de Nazca, découvrir Arequipa la Magnifique, le bord de mer de Pacaras, les majestueuses montagnes et l’une des cuisines les plus diversifiée du monde. 
Attention à la descente, parler du Pérou ne se fait pas en 3 lignes. 

Le Pérou est empreint d’une histoire et d’une culture millénaires. L’imagination s’enflamme dès qu’on parle de lui : les mythiques incas et leurs montagnes d’or, leur civilisation passionnante, les cités perdues, la vallée sacrée…

Des poncifs ? Certes alors parlons aussi de la gastronomie, de cette culture vivante, de ces vallées et montagnes dans lesquelles il faut se perdre, de ces habitants !

La cordillera blanca, l’étourdissant Altiplano, la cordillère des Andes vous tendent les bras. Des dunes de sable doré improbables, des colonies de phoques inombrables, des oiseaux par milliers, le plus grand canyon du monde, des montagnes impressionnantes peuplées de lamas et de graciles vigognes. Le Pérou a tant à offrir qu’il serait malheureux de ne s’y rendre que pour assouvir nos rêves d’enfants, inoculés par nos professeurs d’histoire du collège. 

Mais est-il possible de ne pas parler d’un des sites archéologiques les plus célèbres du monde ? Non !

 Le Pérou, ça rime avec Machu Picchu 

Mais pas que.
Se rendre au Pérou sans visiter le mythique Machu Picchu, c’et se rendre à Reims et refuser de boire du Champagne. 
Oui, ce site est envahi par le tourisme de masse, les accrocs aux selfies s’en donnent à coeur-joie et les treks de l’Inca et du Salkantay ne désemplissent pas. 
Si parfois les destinations les plus célèbres nous déçoivent profondément, pour ma part, cette cité sacrée m’a offert une de mes plus belles exploration. 
Malgré les hordes de touristes, les perches à smartphone, voir le jour se lever sur cette enclave, lorsque les brumes s’élèvent dans les nues, s’exhalent pour révéler les contours de ces murs millénaires fut une grande émotion. Perchées à 2400 mètres d’altitude, la majesté des ruines m’a clouée là sans bouger. Juste respirer calmement après l’épuisante montée, reprendre son souffle et regarder… Il fallut presque lutter pour ne pas crier de surprise. Pour moi, le Machu Picchu ce fut encore mieux que ce dont j’avais rêvé. 

Le chemin a été épuisant. Passant par le Salkantay, je dois reconnaître que ces 5 jours de marche m’ont proprement lessivée. Et ce fut une bonne chose car il faut rendre visite à ce site avec la plus grande humilité.
Et mon arrivée par la grande porte n’a pas sonné la fin de l’aventure puisque j’étais bien décidée à grimper le Huayna Picchu, la montagne qui se trouve en face. Cette ascension m’a demandé une opiniâtreté exemplaire puisque je l’ai faite en tongs (si, si, une sombre histoire de chaussures) et parfois même pieds-nus.
Cela c’est-il ajouté à mon enchantement de pouvoir enfin m’asseoir, vider ma gourde et contempler le spectacle sans un mot, vidée de tout désir de bouger ne serait-ce qu’un orteil ? 

Le Pérou ça rime surtout avec You-hou !

Le Pérou, c’est beau sans le faire exprès. Un troupeau de doux lamas, un condor au vol pesant, des oasis cachées… Les citadelles de pierres, les marchés colorés, les églises où les saints souffrent le martyr plus qu’ailleurs, le ciel si rempli d’étoiles que l’on croit pouvoir les cueillir en tendant la main, les vallées imposantes, majestueuses… 

Les péruviennes et leurs robes amples, un minuscule chapeau posé sur les longues et pesantes tresses, les enfants dans le dos, enveloppés dans ces beaux tissus multicolores très typiques. 

Encore des clichés ? 
Peut-être mais ils font partie du tableau ! 

Au Pérou, on trouve une des meilleures cuisine d'Amérique du sud

Le Pérou a développé une cuisine très variée qui vient des 4 coins du pays et mêle différentes influences : africaine, espagnole, andine, amazonienne ou encore chinoise.
Ces cuisines traditionnelles sont d’autant plus réjouissantes qu’au Pérou on trouve une incroyable diversité de produits.  L’influence africaine a amené les bananes, le manioc, le cacao et la patate douce !
La tomate, le maïs et la patate (papa andina) sont présents sous les formes les plus inattendues. 

Une autre idée du maïs : rouge, rose, noir, violet, il est utilisé sous toutes ses formes.

Mangeons tous en choeur l'incontournable patate : des papas, des papas, des papas et encore des papas !

Si pour vous patate rime avec ingrate, vous allez changer d’idée sur cette incroyable tubercule.
Officiellement, il en existe 2200 variétés. Chacune avait dans les temps reculés une utilisation spécifique : les offrandes à Pachamama, les baptêmes, les fêtes… 
La patate est cultivée ici depuis 8000 ans. 
Les paysans péruviens sont de véritables génies en la matière. Ils savent mélanger les différentes variétés sur le même arpent pour lutter contre les maladies et connaissent les valeurs nutritives de chaque espèce qu’ils emploient selon les besoins. 
C’est un vrai bonheur de courir les marchés et de s’émerveiller de cette diversité qui a déserté depuis longtemps déjà, l’étal de nos primeurs. 
Profitez de ce voyage pour faire connaissance avec la bio-diversité et toutes les façons de la préserver en étant simplement curieux !

Marché fermier dans la vallée de Cuzco. Chaque jour, les fermiers viennent y vendre la production locale.

A vos fourchettes ! Ici la diversité est de mise !

Le maïs aussi réserve bien des surprises. Nous connaissons en Europe, deux types de maïs : le pop-corn et le « géant vert ». Ici, il peut être noir, jaune ou violet. Servi grillé, bouilli, à la vapeur, utilisé en farine, les dérivés de cette merveilleuse céréale sont innombrables.
On le retrouve dans l’incontournable Chicha morada, issu de l’eau de cuisson du maïs violet. Sans alcool et pas cher, il se boit à profusion comme du thé glacé. 

La tomate est aussi un des stars du Pérou, c’est de là qu’elle est originaire. Noire, jaune, verte, longue ou ronde, il faut découvrir l’inattendue Tamarillo qui pousse sur un arbre dont le fruit ressemble fort à une olive.
Riz, quinoa, kiwicha accompagnent tout type de viande : porc, boeuf, poulet, le surprenant cuy (prononcez couille) le délicieux cochon d’inde, du lama et toute une ribambelle de poisson. Si vous êtes tentés par le caïman, attention c’est une espèce menacée protégée, donc à proscrire !

Elevage de cochon d'Inde, Pérou

Anticulcho, Carapulcra, Mazamorra, Ocopa ou Tamal, ça vous dit quelque-chose ?

Pas encore ? 

Visitez donc le Pérou pour une véritable découverte gastronomique. Tout ce que vous trouverez dans vos assiettes, verres ou bol vous donnera l’occasion d’en apprendre plus sur l’histoire du Pérou et la façon dont ces habitants ont pu développer cette incroyable civilisation. 

Il existe une telle abondance culinaire au Pérou qu’en faire la liste serait fastidieuse. Vous n’aurez aucune excuse valable à commander un fade hamburger, un triste poulet frite ou une pizza amorphe. Hélas, trois fois hélas, ces spécialités, tel un incurable cancer gastronomique, occupent de plus en plus de place au menu des restaurants du monde, le Pérou ne fait pas exception. 

Le Pérou, c'est fou !

Ce pays est beau, grand, riche en couleurs, en traditions ancestrales.
Ce fut un grand bonheur de le découvrir tel que je l’avais imaginé car ici, les péruviens font de la résistance et gardent encore leur identité, leurs croyances, leur art de vivre. La lutte est inégale mais ils ont des arguments, de l’intelligence et sont gardiens de savoirs millénaires qu’ils ne demandent qu’à partager.
J’espère que cela continuera encore longtemps. 

Perou

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank