Thailande

สวัสดีประเทศไทย ! S̄wạs̄dī Ka, S̄wạs̄dī Khrap !

La Thaïlande… L’évocation de ce nom nous transporte sur des plages de sable blanc, la mer turquoise, les temples d’or et les salons de massage dans la rue. C’est le pays le plus couru d’Asie du Sud Est, celui dont on voit les photos en couverture papier glacé des catalogues de voyage. La Thaïlande est pleine de promesses d’exotisme, de repos. 

Ce succès n’est pas sans effet sur ce qui vous attend réellement dès que vous arrivez à Bangkok : c’est le pays du business, des tours operator, des usines à touristes.
Les transports sont parfaitement organisés. On vous colle un autocollant sur la poitrine et en voiture Simone, on vous dirige de minibus en bus, de bateaux en taxis jusqu’à votre destination finale. Vous devenez un vrai colis. C’est génial, c’est pratique et dénué de charme. Mais l’important n’est-il pas de découvrir le pays ?
L’attrait de la Thaïlande pour les occidentaux amène aussi son lot de déconvenues. Les arnaques sont fréquentes ainsi que le vol et les pièges à touristes y sont bien rodés. Une certaine prudence s’impose : vols de bagages dans les bus de nuit, prix gonflés, drogues cachées… Pas de quoi devenir parano, ne faites juste rien de stupide.

Oubliez la drogue, la prostitution, les état d’ébriété avancée et les combines louches, l’apparente décontraction est trompeuse et peut vous causez de gros soucis. 

Découvrir la Thaïlande loin des plages

Les plages sont aussi idylliques de jour comme de nuit. Dès le coucher de soleil, arrivent les musiciens, les lady-boys excentriques, les danseurs, les cracheurs de feu. On apprécie le spectacle en buvant une bière Thaï ou un cocktail sophistiqué, enfoncé dans un pouf, les pieds dans le sable.

Si l’on se donne la peine de contourner les plages Disneyland de Kho Phi Phi et autres villes côtières sacrifiées au tourisme de masse, on découvre encore des endroits magnifiques où vivre de belles aventures. Les thaïs y sont avenants et tranquilles. Ce n’est pas toujours le cas dans les places touristiques où les locaux peuvent se montrer agressifs et âpres au gain. Si ces échanges sont hélas inévitables, que cela ne vous empêche pas de vous jeter à corps perdus dans ce pays en perpétuelle agitation, fort en couleurs et en goût.

Bangkok, capitale de tous les superlatifs

Kao San est un des incontournables de la capitale. Ce quartier prisé des touristes concentre à lui tout seul la quintessence de toute la Thaïlande. On y achète des scorpions grillés en brochettes (je déteste. Je préfère qu’on les laisse tranquilles), on y boit plus que de raison, on se fait masser les pieds à chaque coin de rue ou on se fait faire une manucure pour trois fois rien… La musique y est tonitruante, la foule permanente est épuisante et la pollution asphyxiante.

Allons donc faire un tour sur les canaux de la ville, les Klongs, à bord d’une barque ! Sur les berges tranquilles on peut s’émerveiller de l’architecture des maisons sur pilotis, découvrir des marchés flottants, se faire aborder, au sens propre, par une vendeuse de fruits.

Sortir des sentiers battus en voyageant "local"

Une fois Bangkok arpenté de long en large, à pied ou à bord d’une tuk-tuk slalomant entre les voitures, il est temps de prendre un peu de recul et d’aller se perdre un peu dans des territoires moins agités mais toujours aussi fréquentés.

Explorer les îles abritant des plages secrètes, passer un temps infini à scruter les fonds coraliens à la recherche de poissons clowns et de raies pastenagues… et faire plus ample connaissance avec les requins de récifs.  

Et si vous avez l’estomac bien accroché, quittez votre bus Pullman et tentez donc un voyage de nuit par train ou par bateau. Ce sont des voyages inoubliables ! Cela demande un peu de cran car il faut se perdre dans les gares grouillantes, trouver le bon train sur le bon quai. Il vaut mieux ne pas être de nature inquiète quant à vos affaires et surtout ne pas être sujet au mal de mer. 

Une cuisine divine et surprenante

La cuisine thaïe n’a plus besoin d’être présentée, en faire l’éloge relèverai d’un pléonasme. Piquante, aigre-douce, savoureuse et inattendue, chaque bouchée est un délice surprenant. Une petite blatte au dîner ? Une salade de mangues vertes au piment ? Une soupe à la citronnelle épicée ?  Avec ou sans baguettes, goûtez sans compter ! La nourriture de rue est abondante et bon marché, les « risques sanitaires » moindres. Aucune excuse donc pour ne réserver ses repas qu’aux restaurants touristiques.

La belle aventure du Nord de la Thaïlande

C’est au nord de la Thaïlande que ce pays m’a offert le meilleur de lui-même. Il était alors facile de s’y perdre. Il suffisait de prendre un bus, de s’arrêter dans une auberge et de partir chaque jour à la dérive sur les routes, au guidon d’un scooter ou d’un vélo, sans chercher à arriver quelque part.
Les paysans en bordure de champs, les bœufs se baignant dans les marres, les rizières, la jungle, les rivières… et les éléphants vous attendent au bout du chemin. 

A la découverte des temples

Les temples valent à eux seuls tous les détours. On peut y passer des heures à admirer cette architecture d’orfèvre, ces fresques grouillantes de personnages, de messages et d’effrayants ou d’apaisants visages. Des ornements des portes aux toits couronnés de dragons dorés, tout est précieux, délicat, détaillé au possible.
Et si par bonheur on a la chance d’échanger avec des moines anglophones vivant dans un monastère proche, la visite est d’un inégalable enrichissement.

La beauté de la Thaïlande se cache dans ses habitants

C’est dans les provinces reculées qu’il est possible de s’émerveiller de la richesse des habits traditionnels. Les couleurs chatoyantes, l’élégance des femmes, les bijoux scintillants d’une finesse extrêmes. 
Hommes et femmes sont affables et très gentils. 
Soyez toujours souriants même si vous n’êtes pas d’humeur. Faites preuve d’élégance et de discrétion. Vous pourrez ainsi avoir de beaux échanges avec les thaïs et vous enrichir de leur culture. 

Les thaïs sont très attachés à leur culture : attention à bien la respecter !

Voyager demande un effort d’intégration. Il est important de s’adapter aux us et coutumes des habitants.
Les thaïlandais sont d’un abord très poli et souriant. Ils pratiquent une retenue très stricte en matière de langage. En Thaïlande, on ne crie pas, on ne s’énerve pas, on reste calme. 
De ce fait, il faut impérativement éviter la confrontation et garder le sourire tout en négociant.

Il est parfois difficile pour les occidentaux que nous sommes de réaliser qu’il y a des sujets qu’il vaut mieux ne pas aborder en Thaïlande. 
Ici, on ne critique pas le roi.
La monarchie ne souffre aucun crime de lèse-majesté. Toute infraction (critiquer, se moquer haut et fort ou sur les réseaux sociaux) peut vous inviter à aussi visiter les prisons lors de votre séjour.

On ne critique pas non plus la religion nationale : le bouddhisme.
Qu’il s’agisse des moines, des nonnes ou d’une visite des temples, observez le plus grand respect. Habillez-vous décemment, propre, bien coiffé et soyez d’une hygiène irréprochable. Ne montrez surtout pas vos pieds à la statue (ni à quiconque d’ailleurs) et étendant les jambes devant vous. Imitez la position des locaux : à genoux légèrement de biais.  Soyez discrets et observez une attitude respectueuse.

On ne touche pas les moines ou les nonnes quelle que soit la situation. Si vous êtes une femme, changez de place dans les transports si un moine vient s’asseoir à côté de vous.

Enfin, ne vous moquez pas des thaïs (perdre la face est vécu comme un véritable affront) et ne critiquez pas la Thaïlande !

ลาก่อนและขอขอบคุณ!
Kop khoun Kha (Khap), La Khon !

Thailande, Best Of

Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank